La trêve hivernale terminée le 31 mars, la préfecture de Nîmes a annoncé en cellule de crise qu'elle expulserait 167 personnes des logements d'urgence.

Tous demandeurs d'asile.

La plupart logés dans des hôtels, éloignés, inadaptés voir sales et dangereux pour leur santé.

Pour certains logés dans des "refuges" trouvés grâce à l'initiative de citoyens français

Et pour d'autres, la rue reste au final la seule issue.

 

Privations de libertés, sans toit avec la faim et la peur au ventre, ces demandeurs d'asile rencontrés à travers le Gard et les Cévennes content leur traversée malheureuse.

Reconnaissant tous le rôle primordial des associations telle que La Cimade, Resf, pour les aider, les soutenir.

 

L'Etat, la région ne remplit pas leur mission.

La Cimade a promis un mouvement social aux pieds de la préfectures avec 200 personnes et tentes.

Et mettre au pied du mur les institutions concernées.

 

Mars/Avril 2011 Gard et Cévennes

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page